Stores bannes : l’indispensable équipement ?

Alors que nous rencontrions, pour la première fois, les copropriétaires abonnés au blog, une question revint régulièrement, celle des stores extérieurs. Il est vrai qu’un immeuble orienté quasiment plein sud, même si BBC donc bien isolé, nécessite une protection solaire. Celle-ci n’est actuellement pas prévue. Nous nous sommes donc mis en quête d’informations.

Certains copropriétaires nous ont indiqué avoir fait la demande de pose de stores bannes dans leur TMA. Cette demande leur a été validée… à 1 500 € du mètre linéaire ! Pour notre part, ce sujet n’est jamais venu dans nos discussions avec les conseillers de Vinci 🙁 Nous pensions cela normal car, pour nous, ce sujet devait faire parti d’une décision à prendre lors de la première assemblée générale de copropriétaires.

En effet, le règlement de copropriété (RC) dans sa 2° partie, chapitre 4, article 2 (Usage des parties privatives) point 5 (Harmonie – Aspect), page 77, indique : « La pose de stores extérieurs est autorisée, sous réserve que la teinte et le modèle seront adoptés par l’Assemblée Générale des copropriétaires ». Désolé pour la grammaire, elle provient in extenso du RC. Cela nous semblait d’autant plus logique que nous groupant, nous aurions pu obtenir une réduction tarifaire…

 

Qu’en est-il donc exactement ?

Renseignement pris, un modèle de stores bannes a été choisi par l’architecte, Francis Soler, pour une question d’harmonie. Initialement, ces stores devaient être installés sur tout l’immeuble avant livraison. Leur coût aurait été inclus dans le prix de vente. Vinci en a finalement décidé autrement. A présent, l’installation est au bon vouloir de l’acquéreur, moyennant contribution financière. Elle peut être demandée dans le cadre des TMA ou pourra se faire après. Ce qui est pour l’instant prévu par Vinci est d’intégrer ce point lors du choix des matériaux et mobiliers des appartements… dans quelques mois. Evidemment chacun pourra aussi décider de reporter l’installation de ces stores à plus tard.

Pour des raisons de respect de l’isolation de l’immeuble, les stores ne seront pas posés sur le mur de l’immeuble mais sous les balcons supérieurs, plutôt en avant, près de l’extérieur.

Ces stores seraient équipés d’un anémomètre qui permettra le repli automatique en cas de grand vent. Une installation électrique semble donc nécessaire. Elle n’est initialement pas prévue. C’est pourquoi, il est conseillé de la demander dans les TMA. Sans cela, il faudra faire passer des goulottes au plafond de votre balcon. Ce ne serait pas très esthétique, convenez-en.

Le store pourra être à commande manuelle ou à commande électrique. Cependant à partir du moment où l’électricité devrait être indispensable pour l’automatisme lié à l’anémomètre, le mieux serait tout de même de le prendre électrique.

 

Quel modèle de store banne ?

Il ne nous a pas été possible d’avoir connaissance du modèle choisi par Francis Soler. Vinci se réserve le droit de le changer si besoin. Alors nous avons fait quelques recherches sur internet pour savoir de quoi l’on parlait et ai trouvé quelques modèles… chez Franciaflex, chez Renson, chez Schenker Storen. Il en existe bien d’autres mais cela donne déjà une idée.

Enfin, pour terminer, voici des dessins tirés du mensuel L’Architecture d’Aujourd’hui de mars 2014 dans lequel Francis Soler est longuement interviewé. Il y évoque Parc 17 et ses autres réalisations. Il y figure un dessin de la façade Sud de Parc 17. Celui-ci explicite l’installation des stores bannes et des volets roulants pour les bâtiments B et C de Parc 17.

1 commentaire

Classé dans L'immeuble, La copropriété

Une réponse à "Stores bannes : l’indispensable équipement ?"

  1. NEYRET Georges

    Merci pour cet article fort intéressant sur les stores extérieurs.
    La façade principale étant orientée sud ouest, tous les appartements « profiteront » d’un soleil d’après midi plus bas et plus pénétrant à l’intérieur des logements. D’où en effet un ensoleillement maximal, agréable en certaines saisons (hiver, automne), problématique à d’autres (été, printemps). La qualité BBC de l’opération peut même devenir une contrainte car la sur-isolation du bâtiment crée un effet de surchauffe dans les logements, le rayonnement solaire pénétrant par les fenêtres étant piégé à l’intérieur. Ce risque est encore plus vrai pour les 2P qui ne sont pas traversants et ne peuvent être ventilés naturellement.
    La solution est bien sûr les protections solaires.
    L’architecture de balcons, terrasses constitue déjà une première protection (partielle) en portant ombre sur les baies vitrées en retrait.
    La 2e parade est l’utilisation à bon escient des volets roulants prévus y compris pendant les périodes d’absence (éviter la surchauffe…). Cet équipement soulève également une petite question: sont ils bien électriques?
    Dans la notice descriptive commerciale, ce point n’est pas précisé! Simple oubli? Il semblerait que oui d’après la réponse des responsables de l’espace de vente. Nous ne pouvons en effet imaginer le contraire dans une opération de ce type. D’autres acquéreurs ont ils eu des info sur ce point?
    La 3e solution est donc la pose de stores extérieurs. Une réponse qui peut compléter l’idée initiale de Francis Soler pour cette façade réglée comme une portée musicale! Pour éviter un effet contraire, il sera important que les coffres soient posés le plus en retrait de la rive des balcons pour les rendre les moins visibles possibles (notamment en position fermée) en évitant bien sûr toute fixation directe sur la façade même et son isolation extérieure.
    Si le choix de cette 3e solution relève maintenant des TMA, son alimentation électrique pourrait être prévue par le promoteur systématiquement et laissée en attente d’une décision ultérieure.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *